Chers leaders européens,

Nous sommes des organisations de la société civile, soutenues collectivement par des dizaines de milliers de personnes dans toute l’Europe. Nous travaillons auprès des plus démunis pour leur fournir une aide essentielle, réduire la pauvreté et défendre les droits humains.

Face à l’augmentation du populisme xénophobe en Europe et au niveau mondial, ce texte est un appel aux dirigeants européens pour promouvoir la défense et le respect des droits et valeurs qui sont les principes fondateurs de l’Union Européenne depuis 60 ans. Ensemble, nous devons empêcher que les inquiétudes légitimes concernant la gestion des flux migratoires soient utilisées pour détourner et faire déraper le projet européen.

Nous sommes les témoins chaque jour d’une solidarité largement répandue envers les personnes fuyant des guerres brutales, les persécutions, les violations des droits humains, l’instabilité et l’extrême pauvreté. Dans toute l’Europe et le monde, nous voyons des gens accueillir les réfugiés et les migrants dans leurs communautés, ouvrir leur maison, donner de l’argent, de l’aide matérielle ou de leur temps pour les aider. Cette semaine, nombre de ces citoyens sont venus à Bruxelles pour vous appeler à respecter vos engagements concernant la relocalisation de demandeurs d’asile depuis la Grèce, et à les « Amener ici ». Nous entendons également beaucoup des personnes exprimer leurs inquiétudes sur le futur, demandant à leur gouvernement de faire preuve de leadership face à l’arrivée d’un large nombre de personnes.

Nous sommes fiers des engagements de l’UE vis-à-vis du respect du droit international et des droits humains, et nous attendons de vous que vous encouragiez et promouviez ces engagements au sein de l’UE et ailleurs. Cependant, lorsque le nombre de personnes dans le besoin arrivant en Europe a augmenté durant l’été 2015, l’Europe a échoué à répondre à ces arrivées de façon collective et avec humanité, dignité et solidarité. A ce jour, les États européens sont toujours peu disposés à répondre à ces arrivées en respectant leurs obligations vis-à-vis du droit international et européen, se limitant à garder les migrants et les réfugiés au plus loin et hors de leur vue.

Lire la lettre dans son intégralité