Ignacio Packer, Secrétaire Général de la Fédération internationale Terre des Hommes, membre de la campagne Destination Inconnue, va courir, faire du vélo et du kayak sur les 1 250 km qui séparent Berlin de la Croatie, pour sensibiliser sur les problématiques qui touchent les enfants en déplacement.

A partir du 1er juillet, il reliera sept pays en neuf jours – soit un jour pour chacune des neuf recommandations visant à garantir aux enfants réfugiés, migrants ou affectés par les migrations un accompagnement juste et adapté de la part des gouvernements.

Ce défi sportif marquera aussi le départ d’Ignacio de TDH, après y avoir travaillé pendant 17 ans – dont six en tant que Secrétaire Général. Il partira de la porte de Brandebourg à Berlin pour rejoindre Vukovar en Croatie, en passant par la République Tchèque, l’Autriche, la Slovaquie, la Hongrie et la Serbie – soit 650 km de vélo, 300 km de course et 300 km de kayak.

Ignacio vise à collecter 25 000€ pour Terre des Hommes. Vous pouvez le soutenir à travers les pages Terre des Hommes de Lausanne, de Suisse ou d’Allemagne, ou en donnant directement à la branche Terre des Hommes de votre pays.

Les neuf recommandations pour lesquels Ignacio vise à sensibiliser à travers ce défi sont :

          ο Les enfants concernés par la mobilité et autres enfants touchés par la migration doivent être considérés comme des enfants d’abord et avant tout, et toute action les concernant doit se fonder, en premier lieu, sur leur intérêt supérieur.

          ο Tous les enfants ont droit à la vie, à la survie et au développement.

          ο Les enfants ont le droit de circuler librement, aussi bien à l’intérieur de leur État que pour quitter tout État, y compris le leur.

          ο Détenir un enfant du fait de son statut migratoire ou de celui de ses parents représente une violation des droits de l’enfant et va toujours à l’encontre du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant.

          ο Les enfants ne devraient être séparés de leurs parents ou tuteurs au cours d’aucune phase du processus migratoire (à moins que cela ne soit dans l’intérêt supérieur de l’enfant).

          ο Aucun enfant n’est illégal – Les enfants devraient être protégés contre toutes les formes de discrimination.

          ο Les systèmes de protection de l’enfance doivent protéger tous les enfants, y compris les enfants concernés par la mobilité et les enfants touchés par la migration.

          ο Les mesures de gestion des migrations ne doivent pas porter atteinte aux droits fondamentaux des enfants.

          ο Les enfants ont le droit d’exprimer librement leurs opinions sur toutes les questions les concernant et de voir ces opinions prises en considération en fonction de leur âge, leur maturité et leur compréhension des options possibles.

Ignacio détaille les droits des enfants en déplacement dans la vidéo ci-dessous (anglais) :