hcr-boat-refugees-1024x683

Donner un nom aux personnes qui sont mortes en Méditerranée !

Dans le cadre du projet FARO , Terre des Hommes Italie met en place un partenariat exemplaire avec le laboratoire LABANOF pour soutenir financièrement l’identification des personnes qui sont mortes en Méditerranée. Le 18 avril 2015, environ 800 réfugiés ont perdu la vie en Méditerranée . Environ 400 corps , non identifiés , sont encore prisonniers de l’épave au fond de la mer.

Un an plus tard, l’équipe de LABANOF, un groupe d’experts médico-légaux basé à Melilli (province de Syracuse) a commencé l’identification de ces personnes. Terre des Hommes , dans le cadre du projet FARO , soutient l’opération par des dons qui permettront à l’équipe de LABANOF de faire les analyses en laboratoire des informations recueillies lors des autopsies.

Pour nous, il est important de donner un nom à ces jeunes victimes , mais aussi de retisser le lien entre les vivants et les morts pour répondre aux parents qui ont perdu un des leurs en mer et éventuellement faciliter la réunification d’enfants avec des parents encore en vie , explique Federica Gianotta , chef des projets italiens de Terre des Hommes.

Il y a un grand nombre de problèmes administratifs pour les veuves, les orphelins et les parents, auxquels on ne peut répondre si aucun document ne confirme la mort d’un parent. Ceux qui ont perdu leur conjoint , par exemple, ne peuvent pas se remarier. Les enfants qui ont survécu à un naufrage mais qui ont perdu leurs parents sont dans un vide juridique , dans l’impossibilité d’être réunis à d’autres membres vivants de leurs familles. Ne parlons même pas de la souffrance psychologique liée à l’incertitude du sort d’êtres aimés. explique Cristina Cattaneo , directrice de LABANOF.

L’UE a recouru à un accord appelé UE-Turquie pour faire face à la crise des migrants. L’accord, extrêmement critiqué par les ONG et les organisations internationales, cherche à endiguer les arrivées irrégulières de migrants en Europe. L’union européenne déclare qu’il n’y a pas de preuve que de nouvelles routes s’ouvrent en conséquence directe de cet accord. Cependant, environ 500 personnes se sont noyées en avril 2016 quelque part entre la Libye et l’Italie .

Les derniers chiffres du HCR montrent que 40 532 migrants , dont 6 485 mineurs sont arrivés par la mer en 2016. En avril , 9 149 migrants sont arrivés en Italie comparés aux 3 460 reçus en Grèce. Pour la première fois sur un an, plus de réfugiés sont arrivés en Italie qu’en Grèce. La plupart des demandeurs d’asile arrivant en Italie viennent du Nigeria, de Gambie, de Somalie et d’autres pays africains sub-sahariens, et il est à craindre que d’autres migrants risqueront la traversée au péril de leur vie.

Uniquement en 2016, 1 512 personnes sont mortes ou sont portées disparues .