Terre des Hommes et son partenaire colombien, Taller Abierto, participent au 3e Colloque international des peuples afrodescendants, qui a lieu dans la ville de Cali en Colombie du 27 au 30 novembre 2017.  Ce colloque, organisé par la Corporación amigos de la UNESCO, est un espace de rencontre, de dialogue et d’articulation entre peuples afrodescendants, organisations sociales, institutions publiques et privées. Un échange d’expériences autour de la reconnaissance pour le renforcement de la paix, la justice et l’ethnodéveloppement de cette population dans le cadre de la décennie internationale afrodescendante (2015 – 2024), des objectifs de développement durable (2016 – 2030) et la construction de la paix en Colombie.

Notre partenaire Taller Abierto qui accompagne les jeunes populations afrodescendantes à Buenaventura, dans le cadre du projet Femmes, enfants et jeunes libres de violence à Buenaventura, a pris part à l’atelier : «  réalité des jeunes filles et garçons afros face à la migration, le racisme, la xénophobie et autres formes de discriminations.

D’après les témoignages des participants et du public présent, la population afrodescendante en Amérique latine (200 millions, dont 60 millions de jeunes) vit dans des conditions d’exclusion des Politiques publiques, ainsi que dans des conditions de discriminations raciales qui les empêchent de jouir de leurs droits fondamentaux, notamment ceux liés à la Convention 169 de la OIT concernant les droits ethniques et tribaux. Le délaissement des gouvernements durant des siècles maintient cette population dans des conditions de vie qui ne respectent pas leur dignité ni leur droit d’accès aux besoins de base tels que l’accès à l’eau potable, la santé, l’éducation et à un travail décent. Selon, Lina Marcela Arche, travailleuse sociale à Taller Abierto, la ville-port de Buenaventura présente un taux de pauvreté de 81% pour une population à 90% afrodescendante, et cela malgré les 5 milliards de pesos colombiens qui transitent via le port le plus important du pacifique colombien.

Cette situation est un vrai défi pour les gouvernements de la région, car la non-reconnaissance de ces citoyens ne permet pas aux sociétés latino-américaines de profiter des atouts et compétences, à tous les niveaux, que ce groupe humain peut apporter au développement durable de l’Amérique latine.

De leur côté, les organisations sociales, dont notre partenaire Taller Abierto, accompagnent les jeunes filles et garçons dans un processus de renforcement de compétences concernant la participation politique de la jeunesse dans la construction d’un pays démocratique et socialement juste. Car, l’intégration et inclusion sociale passent par la prise de conscience citoyenne responsable et la connaissance de ses droits constitutionnels, civiques et politiques pour forger de véritables changements structurels. 

En savoir plus ici