Chaque fin de mois, retrouvez la revue de presse pour les droits humains, proposée par les jeunes forces de notre association. Coup d’oeil sur la situation des droits dans le monde. 

 

Etats-Unis : Les premières conséquences de la loi anti-avortement en Alabama

En Alabama, Marshae Jones, jeune femme de 27 ans et enceinte de cinq mois, est accusée de la mort de son bébé. Victime de plusieurs tirs par balle à l’estomac après une altercation, ce dernier n’a pas survécu. Ainsi, Marshae Jones est accusée d’homicide involontaire et devrait être emprisonnée dans le comté de Jefferson avec une caution de 50 000 $. La détentrice de l’arme à feu reste, quant à elle, libre. Ce drame a suscité une vague d’indignation aux Etats-Unis notamment parmi les défenseurs du droit à l’avortement. Pour rappel, depuis le vote de la loi restrictive sur l’avortement, la mère est considérée comme la seule responsable de la santé du fœtus.

https://www.theguardian.com/us-news/2019/jun/27/alabama-pregnant-woman-shot-manslaughter-charge-marshae-jones

(The Guardian, « Une femme enceinte blessée par balle à l’estomac est accusée de la mort de son bébé », publié le 27/06/2019, par Miranda Bryant)

 

Cameroun : Du chantage contre une carrière sportive professionnelle

En plein essor dans sa carrière de footballeur, Gilles n’a pas d’autre choix que de dire « adieu » à une quelconque perspective d’évolution. Au sein de la Fédération camerounaise de football dans laquelle il évoluait alors, des responsables exercent une pression auprès de jeunes footballeurs en devenir, en leur promettant une brillante carrière contre une partie de leurs primes gagnées après les matchs. Un échange qui peut être séduisant pour certains, mais qu’on ne peut refuser sans en subir les conséquences. C’est le cas de Gilles, qui, en refusant cet accord, ne parvient ni à prétendre à une évolution, ni à dénoncer cette corruption endémique, car difficile à prouver.

(Le Monde, « La corruption au Cameroun, cette gangrène qui tue le football à petit feu », publié le 25/06/2019, par Peter Mahop)

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/06/25/la-corruption-au-cameroun-cette-gangrene-qui-tue-le-football-a-petit-feu_5481290_3212.html

 

Birmanie : Une coupure d’internet, pour une meilleure violation des droits humains

En Birmanie, dans certaines zones des Etats Rakhine et Chin, les autorités birmanes ont coupé l’accès à internet et aux services mobiles. Récemment, de nombreuses altercations ont été observées dans ces mêmes Etats entre le groupe de rebelles de l’Armée d’Arakan et les militaires birmans. La lutte des rebelles pour davantage d’autonomie pour la population bouddhiste a entrainé de nombreuses violences. Ces évènements ont interpellé Yanghee Lee, la rapporteuse spéciale de l’ONU, selon qui la coupure d’internet a été « une couverture pour commettre de graves violations des droits de l’Homme contre les populations civiles ».

(Le Figaro, « Birmanie : l’ONU craint des violations des droits de l’Homme après une coupure internet », publié le 25/06/2019)

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/birmanie-l-onu-craint-des-violations-des-droits-de-l-homme-apres-une-coupure-internet-20190625

 

Inde : Masquer une mentalité patriarcale à travers une comédie romantique 

Le film « Kabir Singh », comédie romantique sortie ce 21 juin, a déjà fait beaucoup parler de lui à Bollywood. Le réalisateur est accusé de donner une version positive du machisme et de la violence contre les femmes, à travers le personnage principal, présenté de manière élogieuse. Le succès du film en Inde ne masque pas le fléau de polémiques qu’il a suscité et soulève même un indignement et une interrogation générale sur le rôle des films et des messages qu’ils véhiculent.

(Courrier international, « Inde : Violences faites aux femmes, un film de Bollywood très critiqué », publié le 26/06/2019, par Isha Badoniya)

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/inde-violences-faites-aux-femmes-un-film-de-bollywood-tres-critique