Terre des Hommes Pays-Bas sort un rapport sur l’exploitation minière mondiale de mica. Ce minerai à l’éclat unique, résistant à la chaleur et aux propriétés isolantes, est largement utilisé dans l’industrie automobile et électronique. Parallèlement, les producteurs ne sont pas ou peu au courant de la présence du mica dans leurs produits et surtout des conditions de son extraction. Ainsi, l’exploitation minière de mica implique, à grande échelle, le travail d’enfants, avec demande mondiale de mica qui ne cesse d’augmenter. Terre des Hommes recommande une action conjointe des gouvernements, entreprises, et ONG pour réagir à ce triste constat et bannir définitivement ces pratiques.

Enquête sur l’exploitation minière mondiale de mica.

Dans ce rapport « l’Impact de l’exploitation minière mondiale de Mica sur les droits des enfants », Terre des Hommes enquête sur le volume de production de mica dans une vingtaine de pays et sur les violations des droits des enfants durant son extraction. L’exploitation de feuilles de mica, qui est le type de mica utilisé en électronique, demande une grande exigence en termes de main-d’œuvre et le travail est effectué en majorité par les populations les plus pauvres et leurs enfants. Les plus grands risques de violations des droits des enfants dans l’exploitation minière de mica ont été constatés en Inde, Madagascar, Chine, Sri Lanka, Pakistan, et Brésil. L’Inde et Madagascar, qui possèdent plus de 90% de mines illégales, sont les plus grands exportateurs de feuilles de Mica au monde. En Inde uniquement, plus de 22 000 enfants travaillent dans les mines de mica. Les conditions de travail dans les mines illégales sont très dures. Les effondrements sont fréquents. La poussière de mica relâchée par les coups de marteau cause de nombreux cancers des poumons.

Du Mica dans 15 000 pièces automobiles.

Avec 26% des parts de marché, l’industrie électronique (incluant l’électronique automobile) est le plus grand acheteur de mica, suivi de l’industrie de la peinture et du revêtement avec 24%. Le mica est utilisé dans les produits comme les sèche-cheveux et les rasoirs, mais aussi dans les Smartphones, les ordinateurs, et tout ce qui inclut généralement des circuits imprimés. Un des fabricants de voitures interrogés a pu identifier plus de 15 000 pièces automobiles contenant du mica. 10% du marché se compose de mica synthétique qui est principalement utilisé dans l’industrie cosmétique. Les analyses montrent que le mica synthétique ne contribue pas pour l’instant à une alternative viable au mica naturel.

Aysel Sabahoglu de Terre des Hommes : « C’est très choquant de voir que les entreprises ne sont pas au courant du fait que leurs produits contiennent une matière première extraite du sol par des enfants. Le peu d’entreprises au courant n’ont pas de stratégie en place pour contrer cela. Beaucoup plus de pressions et d’efforts sont nécessaires pour créer des mines légales ou les adultes pourront travailler dans des conditions de sécurité acceptables et avec un salaire équitable pour que leurs enfants puissent aller à l’école ».

Les entreprises et les industries électroniques et automobiles doivent se mobiliser. Terre des Hommes lance un appel pour que les entreprises aient une vigilance accrue de la gestion leur chaine d’approvisionnement et connaissent l’origine exacte du mica dans leurs produits. Les entreprises ne devraient pas accepter le moindre risque du travail des enfants et devraient définitivement bannir ces pratiques chez leurs fournisseurs.


Note :

Le rapport complet est disponible en anglais ici : 

Télécharger le rapport

Il a été élaboré par le Centre for Research on Multinational Corporations (SOMO), commissionné et en collaboration avec Terre des Hommes Pays-Bas.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter Jos de Voogd, chargé des relations presse chez Terre des Hommes Pays-Bas, +31-6-12991270 et j.devoogd@tdh.nl